Mardis littéraires: Pierre Schumacher – « Les écluses de la mémoire »

| Cercle 26/09/2017 | 18:30
Pierre Schumacher - les écluses de la mémoire

Réservation par téléphone ou bien par mail dans la limite des places disponibles.Merci de téléphoner au 4796-2732 ou d'envoyer un email:bibliotheque@vdl.luLecture en langue française.

Pierre Schumacher
03.01.1936 Luxembourg

Pierre Schumacher passa son baccalauréat au Lycée de garçons Luxembourg. Après trois années d'études de philosophie à l'Institut catholique à Paris, il étudia l'architecture à l'École des beaux-arts. En 1967, il s'établit comme architecte à Luxembourg.

Pierre Schumacher est peintre et écrivain. Il participa à plusieurs expositions au Luxembourg et illustra trois recueils de poésie de Raymond Schaack, Miniatures (1986), Onyx (1996) et Voyages dans l'imaginaire (2011).

Pierre Schumacher publie des poèmes et des réflexions philosophiques dans « nos cahiers ». Dans l'ouvrage « Quand deux trains se croisent », il réunit les deux aspects de son travail créatif en confrontant ses tableaux à ses réflexions poétiques. La quatrième saison, titre qui joue avec l'âge de son auteur, est un journal intime en deux volumes que Pierre Schumacher écrivit entre 2002 et 2009. Il comporte des réflexions en prose et en poésie ainsi que de nombreuses esquisses de l'auteur. En 2015 paraît « Pages sans défense », une promenade des pensées, méditative et poétique. En 50 courtes poèmes à un « tu » non spécifié et ambigu, l'écrivain revêt ses impressions, ses réflexions et ses désirs secrets en un hymne nostalgique à l'amour. Le volume est illustré avec des vues de la Ville de Luxembourg dessinées par l'auteur.

Jusqu'en 2013, Pierre Schumacher fut président de l'Institut grand-ducal, Section des arts et des lettres, dont il est, depuis, le président honoraire. Depuis 2012, il est aussi membre correspondant de l'Académie nationale de Metz.
(Dictionnaire des auteurs luxembourgeois)

« Les écluses de la mémoire »
Tu es là.
Tu me fais penser aux méditations sur la beauté de François Cheng qui évoque la beauté de la rose parce qu'elle est là, sans souci de paraître. Tu es là parce que tu es là, immobile avec tes flancs ensolleillés, entrecoupés de taches d'ombre, braise alimentée par un ciel enflammé. Tu es volcan et ta mâle patience est là parce qu'elle est là!                                                                                            

                                                                               


Contact

Prix

  • Entrée gratuite