Métiers d’antan et travail manuel

Exposition de la Photothèque de la Ville de Luxembourg

| Cercle 15/07/2017 > 10/09/2017 | 10:00-19:00
Photo P Aschman copyright VdL

L'exposition estivale de la Photothèque s'intéresse cette année aux métiers d'antan.
Une exposition photographique qui traite des « Métiers d’antan » ne sert-elle pas surtout à satisfaire des besoins nostalgiques? Ne s’agit-il pas dans ce cas de faire revivre « le bon vieux temps », dans lequel les hommes et les femmes, encore largement non affectés par le rythme trépident des temps modernes, effectuaient leur travail de bon cœur et avec une chanson sur les lèvres?
Certainement pas! Un grand nombre des portraits et des situations de travail de l’exposition « Métiers d’antan et travail manuel » montrent le contraire et témoignent du fait que ce « bon » vieux temps a souvent été marqué par la labeur et la privation. On y découvre des personnes, dont les visages froncés reflètent de nombreuses années de travail ardu et on se pose involontairement la question, en voyant les travailleurs dans les mines de fer ou dans une carrière, si on aurait été capable de supporter tous les jours une telle charge de travail, ou à la vue des tanneurs dans une usine de cuir, quels étaient les effets à long terme des tanins sur la santé physique de ces personnes …
Il convient de se rappeler également que, même si de nos jours et dans le cas idéal, nous considérons notre profession plutôt comme une vocation et donc comme une activité que nous avons choisie déjà souvent en étant jeune, dans le passé, le choix professionnel était souvent une sorte d’obligation familiale: Lorsque le père et le grand-père avaient géré la ferme ou l’atelier de cordonnerie, il était difficile, voire impossible, en ces temps de ne pas être littéralement forcé par les conditions économiques et sociales à travailler dans ce même domaine. Le libre choix de la profession était plutôt rare.
Et pourtant : les portraits des vendeurs à l’étal sur le marché en train de bavarder, des artisans ambulants qui semblent vaquer tranquillement à leur besogne, des laitiers souriants ou ce luthier dans son atelier, travaillant de manière appliquée et patiente pour parfaire son instrument, ce sont des images qui touchent notre cœur et font naître des idées mélancoliques d’une époque où les gens semblaient avoir plus de temps l’un pour l’autre et pour leur métier que de nos jours. Ne devrions-nous pas nous en laisser inspirer pour adopter une attitude plus sereine et confiante dans notre vie professionnelle?
L’exposition « Métiers d’antan et travail manuel » de la Photothèque de la Ville de Luxembourg poursuit deux objectifs principaux:
Tout d’abord, documenter la vie professionnelle surtout du siècle dernier avec des images révélatrices de cette époque, qui montrent avec quel dévouement, quel engagement et quelle adresse ces hommes et ces femmes ont, grâce à leurs différentes activités professionnelles et pendant des décennies, contribué à la prospérité actuelle de notre pays.
Mais cette exposition devrait également nous amener à réfléchir dans quelle mesure la vie professionnelle de ces personnes du passé nous influence encore aujourd’hui. Le visiteur de l’exposition sera ainsi invité notamment à se demander pour quelles raisons certaines professions ont disparues de nos jours, quelles méthodes de production traditionnelles sont encore utilisées actuellement, comment les conditions de travail et l’éthique professionnelle ont évolué depuis cette époque lointaine. Enfin et surtout, il est également souhaitable, comme déjà mentionné, que la persévérance, le sens de l’improvisation et de l’innovation remarquables qui apparaissent à travers ces photos, nous servent d’exemple pour notre propre vie professionnelle.
A cet égard, l’exposition « Métiers d’antan et travail manuel » est bien plus qu’une simple réminiscence du passé, mais plutôt une exposition parfaitement conçue pour notre époque!
Il convient de noter que, dans le cadre de cette exposition, les termes « professions du passé » ne sont  pas nécessairement synonyme de « professions disparues », même si de nombreuses images se situent dans cette catégorie. Prenons par exemple le métier du typographe qui existait encore jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix du siècle dernier avant de devoir céder la place, dans le cadre de l’évolution technique, à la nouvelle profession du concepteur de média.
De nombreuses autres photos représentent des professions qui existent encore aujourd’hui mais qui ont souvent changées de manière substantielle au fil du temps. Ceci est notamment le cas du mécanicien de voiture, qui s’est muté à travers les années et les besoins changeants dans le domaine de la technologie automobile, en mécanicien-électricien, désormais familier avec les ordinateurs de bord, les équipements de contrôle modernes tout comme avec les systèmes électriques et hybrides.
Il va sans dire qu’il est impossible dans le cadre de cette exposition de montrer l’intégralité des métiers du passé, le choix se limitant nécessairement au matériel photographique disponible et utilisable.
Dans ce contexte cependant, la Photothèque a pu puiser dans une riche source de clichés de haute qualité de leur vaste archive. Les œuvres de photographes luxembourgeois de renommée comme Pol Aschman, Marcel Schroeder, Tony Krier sen., Edouard Kutter jr., Pierre Bertogne, Jochen Herling, Raymond Faber, Vic. Fischbach, Théo Mey, Marthe Scherer, Antoine Davito, Marcel Schmitz et Marcel Tockert ont trouvé leur place dans l’exposition « Métiers d’antan et travail manuel »; ils ont tous, au courant des dernières décennies, documenté avec beaucoup de talent et de sensibilité, la vie professionnelle d’innombrables personnes par des images saisissantes.
Le fait que certains de ces artistes ont, en tant que véritables journalistes aux multiples talents, rédigé un texte d’accompagnement pour ces images qui servaient à illustrer des articles de presse de l’époque, a grandement facilité la conception des légendes pour les photos de cette exposition. Néanmoins, comme il était coutume dans l’approche journalistique dans ces temps, la rédaction d’un texte servait aussi (si pas surtout) à rendre une ambiance plutôt qu’à documenter ces occupations de manière précise. Nous prions donc les visiteurs d’être indulgents quant à d’éventuelles inexactitudes.
Comme clin d’œil à l’époque contemporaine et pour une mise en contraste intéressante entre la vie professionnelle actuelle et le titre de l’exposition, nous avons inclus onze portraits en couleur de personnes qui ont choisi une profession des temps modernes, comme par exemple le coach de fitness, le coursier à vélo ou la chercheuse en biologie cellulaire.
La Ville de Luxembourg et la Photothèque espèrent avoir apporté, avec l’exposition « Métiers d’antan et travail manuel » une contribution essentielle à l’histoire de l’évolution professionnelle au Grand-Duché et souhaitent à tous les visiteurs de cette exposition une découverte agréable et instructive de cette collection photographique unique!
 
 
Texte de Patrick Calzi
Traduction française de Claudine Bohnenberger


Contact

Prix

  • Entrée gratuite