Historique du CITÉ

Le Ciné Cité

Le 23 octobre 1958, le Ciné-Cité est inauguré en présence du couple grand-ducal héritier. Le film à l’affiche ce soir-là est Le Pont de la Rivière Kwai de David Lean.

800 places, un écran cinémascope de 10 m sur 4,50 m, un système de climatisation automatique: le Ciné-Cité, conçu par l’architecte Robert Lentz en forme d’entonnoir, devient la salle la plus moderne de la ville.

Pendant les vingt premières années de son existence, le Ciné-Cité attire un public nombreux en programmant surtout des grandes productions hollywoodiennes Le Cité ne manque pas de faire la une à plusieurs reprises, ainsi en janvier 1969, lorsque le film de propagande Les Bérets verts de John Wayne donne lieu à des manifestations, et en avril 1973, quand une partie du public s’offusque des scènes érotiques dans Le Dernier Tango à Paris de Bernardo Bertolucci.

Dans les années 1980, en réponse à la baisse des fréquentations, la grande salle de projection est morcelée en deux salles plus petites, disposant respectivement de 146 et 230 sièges. Parallèlement, trois salles de 74 à 84 sièges chacune sont aménagées dans les sous-sols. Pourtant, ces transformations ne parviennent pas à enrayer le désamour du public, et le Ciné-Cité est contraint de fermer ses portes une première fois en novembre 1997. La Ville de Luxembourg se porte acquéreur de l’immeuble et confie l’exploitation du cinéma au groupe Utopia. Mais après cet interlude, qui dure d’avril 2000 à janvier 2004, le cinéma est démoli pour laisser place au nouveau centre socioculturel, comprenant la bibliothèque et médiathèque municipale, un auditorium et un restaurant. (ons_stad_89-2008_68-73)