Cercle de Lectures | Passeurs & passants

Dans le cadre de l'exposition "mateneen"

23/04/2020 | 18:30

La crise migratoire sous la loupe des écrivains et des artistes

L’errance, mode d’emploi. Qu’est-ce qui fait fuir les gens, quitter leur zone de confort pour naviguer en eaux troubles ? Comment se met-on en route, laissant derrière sa maison, sa ville, son pays, son continent ? Que se passe-t-il dès qu’on consent à s’égarer, dans le sens de que Bertrand Westphal donne à ce mot (s’é-garer, quitter son lieu de stationnement, son chez soi douillet), dès qu’on se laisse dériver, dans le sens de Jacques Derrida (dé-river, quitter la rive familière) ?
Quelle que soit l’embarcation de fortune et la ligne de fuite choisie, deux questions taraudantes se posent aussitôt, renversant simultanément la logique de la destination et celle de l’origine : va-t-on arriver/arrimer son navire quelque part ? le retour est-il envisageable ? Pour en savoir plus, nous croisons les témoignages et les récits de plusieurs romanciers, essayistes, artistes et cinéastes qui se sont penchés sur les thèmes de l’exil, de la migration, de l’errance, de la fuite : Aharon Appelfeld, Cormac McCarthy, Dubravka Ugresic, Velibor Čolić, Negar Djavadi, Jacques Derrida, Walter Benjamin, Hannah Arendt, Georges Didi-Huberman, Shimon Attie, Philippe Lioret, Emanuele Crialese, etc.

PROCHAINE RENCONTRE
Passe et impasse

            Après avoir évoqué, au mois de mars, la thématique du flux et du naufrage, les « jeux » de la mort et du hasard, nous questionnerons le passeur et le témoin, c’est-à-dire ceux qui – depuis l’intraitable Charon, le nocher des Enfers, et le laboureur impassible face à la chute d’Icare du tableau de Brueghel l’Ancien – décident d’aider ou de refuser l’aide, de voir ou de ne pas voir… Les trajectoires de migrants retracées par Sébastien Cuvelier, Patrick Galbats et Ann Sophie Lindström dans le cadre du projet photographique « mateneen », montré actuellement au Cercle Cité/Ratskeller, nous aideront à mieux cerner le phénomène.

« Khalid vient de Bagdad. (…) sa première rencontre avec des photographes a eu lieu quand il se trouvait dans la mer, après que son bateau a chaviré. Il se demandait pourquoi ces gens bizarres
le prenaient en photo au lieu de le secourir. » (Sébastien Cuvelier dans Mateneen)

Jeudi 23 avril 2020 à 18h30
Auditorium Henri Beck (entrée: 2, rue Genistre)
Entrée libre, sur inscription (inscription@cerclecite.lu)
 


Organisateur

  • Cercle Cité

Contact

  • Email : info@cerclecite.lu