Ce site internet n'est pas optimisé pour Miscrosoft Internet Explorer et pour Miscrosoft Edge !

Littérature

Le cercle de lectures

16/01/2020
18h 30
16/01/2020
18h 30
Auditorium Henri Beck (2, rue Genistre)

Entrée libre

Depuis le mois d’octobre 2019, Corina Ciocârlie et le Cercle Cité proposent un cycle de rencontres autour des correspondances entre les mots et les images, entre la fiction littéraire et le récit photographique, artistique ou cinématographique. Chaque lecture/débat prendra comme point de départ une scène de roman, une photographie ou un extrait de film, ainsi qu’une exposition en cours au Cercle Cité.


Jeudi 16 janvier 2020, nous vous invitons à décrypter le post-scriptum de l’histoire des idoles déchues. À Moscou, la statue démantelée de Felix Djerzinski se trouve aujourd’hui au parc Museon, parmi d’autres monuments de l’époque soviétique. À Budapest, à l’entrée du Memento Park – le musée en plein air de l’art totalitaire –, on a installé une réplique en bronze des bottes de Staline. Au-delà de l’attention rétrospective portée aux statues déboulonnées, il s’agit de composer un « requiem » faussement attendri pour un passé dont on a voulu faire table rase. À Braşov, en Transylvanie, un Musée de la Vie dans le communisme vient d’être inauguré dans un appartement des années 80. À Berlin, le Musée de la RDA remporte un grand succès, en racontant et commercialisant le quotidien des Allemands de l’Est avant la Chute du Mur. Quel est le mécanisme secret de l’Ostalgie ? Pourquoi collectionne-t-on des images tant détestées, puis détournées, épinglées, « momifiées » ? Pour se souvenir ou pour oublier ? Pour dévoiler ou pour camoufler une réalité équivoque et encombrante ? Un début de réponse est suggéré par Claudio Magris dans son dernier roman, Classé sans suite, qui part d’un épisode méconnu de l’histoire de Trieste – la transformation de la Rizerie de San Sabba en camp de la mort nazi – pour raconter l’obsession de la guerre, à travers trahisons et vengeances, utopies et désenchantement : « Ce n’est pas contre l’oubli que je lutte, mais contre l’oubli de l’oubli, contre la coupable inconscience d’avoir voulu oublier, de ne pas vouloir et de ne pas pouvoir savoir qu’il y a une horreur que l’on a voulu – dû ? – oublier. » 

 

Prochain cycle et prochaines dates : « Passeur & Passants - La crise migratoire sous la loupe des écrivains et des artistes » - 23.04.2020, 28.05.2020, 25.06.2020, 22.09.2020, 22.10.2020, 26.11.2020 

 

Les soirées ont lieu à 18:30  à l’auditorium Henri Beck (entrée 2 rue Genistre) En français - Entrée libre sur inscription (inscription@cerclecite.lu)

Inscription à la newsletter